TOUT PUBLIC

Durée : 1 heure

Tout public dès 7 ans

 //

IN FABULA

Vous, moi, nous. Des histoires.

Ici. Ensemble.

Un espace à construire.
Je vous prends par la main à moins que vous ne preniez la mienne.

Entre nos doigts un pinceau. La plume glisse sur la toile. Une grue cendrée s’envole. Une porte s’ouvre. Un grand boulevard. Une forêt se tait. Une foule rassemblée. Il neige dans une maison. Une silhouette. Un regard. Un bateau s’éloigne...

Chaque récital est unique. La conteuse vient avec son répertoire et construit selon le public, le lieu. Possibilité d'une thématique spécifique sur demande.

Public : dès 10 ans

Durée : 1h

Novembre 2015. Une salle de concert bondée à Paris, est frappée par le terrorisme. Dans les classes de cm2 où je mène des ateliers, les enfants parlent, questionnent, s'interrogent. Ils ont peur. La télévision, la radio, les journaux, le net ne parlent que de ça. Soudain, par effraction, l'horreur, entrait de plein fouet dans leur vie.

À la fin d'un des ateliers, un enfant me prend à parti. Sur l'instant, je reste muette mais je lui promets de revenir bientôt avec une histoire. Aussitôt rentrée chez moi, je fouille, cherche, piste quand j'ouvre le livre d'Amadou Hampaté Bâ -Contes des sages d'Afrique- et tombe sur "Le roi et le fou", récit inspiré d'un conte Peul…j'avais trouvé la parole à donner à l'enfant !

 

L'histoire que je propose ici est nourrie de ces deux versions du même conte.

 //

LA GIFLE

"Il y a très longtemps, loin d'ici, vivaient une reine et son peuple.

Cette reine était aimée et respectée par tous et chacun disait d'elle qu'il n'y avait pas de femme plus juste et plus sage qui soit. Erudite, savante, cultivée, cette reine n'avait de cesse de transmettre tout son savoir, toute sa connaissance à toutes celles et tous ceux qui le souhaitaient. Ce que cette reine aimait par dessus tout était les arts et particulièrement les arts vivants : la musique, le chant, la danse, la poésie, le théâtre, les contes.

Aussi chaque soir au soleil couchant, hommes, femmes, enfants, jeunes et vieux se retrouvaient sur la grande place de la citée et chaque soir au-dessus des murs de la ville s'élevait la clameur des voix, des chants, des musiques et des danses.

Pourtant un jour tout cela pris fin…"

 

Dans un pays, un despote s'est installé. Ce n'est pas le premier, ce ne sera pas le dernier. Pour gouverner, il a besoin, comme tout despote, que le peuple ait peur et qu'il devienne ignorant. Pour la peur, ce n'est pas difficile, la barbarie fait son office. Mais rendre un peuple idiot est plus long…

Une histoire forte, universelle, intemporelle où la résistance par les arts est une allégorie : celle du refus absolu de toute forme de domination. Ce récit est un hymne à la liberté individuelle, à la tolérance, à la solidarité et au pouvoir de la connaissance et de la culture.

Public : dès 10 ans

Durée : 1h00

Récit : Jennifer Anderson
Flûte(s) : Chrystelle Blanc-Lanaute


 

 //

OÙ PARTENT LES OISEAUX APRÈS LE DERNIER CIEL ?

"Sur le pont, des centaines de femmes, d’enfants, d’hommes, de vieillards, serrés les uns contre les autres regardent la côte s’éloigner. Leurs visages sont blêmes, minces comme une feuille de papier. Leurs corps fatigués pourraient se briser comme une petite poupée de glaise à la moindre chute. Leurs cheveux chahutés par le vent du large pourraient s’arracher et s’éparpiller dans les airs à la moindre bourrasque. (...) Silencieux, ils écoutent le vacarme des machines, les vagues se briser contre la coque du bateau, le murmure du vent... "

Ecrit à partir de témoignages et de repères historiques, le récit nous invite à suivre l’exil en mer de trois enfants arméniens et en parallèle l’histoire de la naissance d’un quartier et de personnages qui le font, de la première guerre mondiale jusque dans les années 60. Si le propos est grave, la forme ne l’est jamais.

C’est avant tout la vie et ce désir de vivre contre tout qui est transmis ici.

Sensible, tendre, poétique, engagé, cocasse aussi, le texte nous entraine sur les traces d’un passé qui questionne notre présent et notre avenir.